Select Language :

Politique de la prostitution à Anvers

Ce qui est permis et ce qui n’est pas autorisé

Certaines formes de prostitution ne sont pas poursuivies à Anvers, d’autres le sont.

Prostitution toléré

La prostitution volontaire n’est pas une infraction pénale en Belgique. Cela signifie que les clients et les travailleurs du sexe ne sont pas poursuivis. Quiconque rend possible et soutient la prostitution (comme les conducteurs ou les exploitants d’exploitation sexuelle) est punissable.

Dans la pratique, il est prioritaire de poursuivre les cas de coercition, de mineur ou de travail non déclaré. La ville s’attend à ce que les exploitants d’immeubles de prostitution à fenêtre soient conscients des signes de coercition ou de traite des êtres humains et qu’ils le signalent à la police.

Anvers tolère certaines formes de prostitution. Cela signifie que la ville d’Anvers n’agira pas tant que la prostitution ne causera pas de nuisances, ne posera aucun risque pour la santé et si les réglementations de la ville sont respectées. Les réglementations en matière de prostitution ne sont pas les mêmes dans toutes les villes de Belgique. Ces formes de prostitution sont tolérées à Anvers: prostitution en fenêtre, exploitation sexuelle et accueil à domicile.

 

Prostitution de fenêtre

La prostitution par fenêtre n’est autorisée que dans la zone de tolérance du Schipperskwartier à Anvers. Les travailleurs des fenêtres doivent être âgés d’au moins 18 ans et disposer de documents de résidence ou d’identité appropriés. La prostitution par fenêtre en dehors de la zone de tolérance est interdite.

Contrôle

Il y a un peu plus de 300 fenêtres dans le Schipperskwartier. La police anversoise contrôle la prostitution des fenêtres au moyen de l’application numérique HookUp. Sur ce site, les propriétaires doivent saisir les coordonnées des professionnelles du sexe qui louent actuellement une fenêtre. Les professionnelles du sexe confirment également la location via HookUp.

La police peut ainsi voir quelle personne travaille à quelle heure, dans quelle fenêtre. De cette façon, aucune fenêtre ne peut être sous-louée, les intermédiaires louant une fenêtre pour permettre aux travailleuses du sexe illégales ou mineures d’y travailler. Par exemple, la ville et la police luttent ensemble contre la coercition et la traite des êtres humains à des fins de prostitution.

La ville d’Anvers attache une grande importance à la vie privée. La protection de la vie privée des citoyens et des professionnel (le) s du sexe actifs sur le territoire anversois est essentielle. Les données collectées dans HookUp ne sont visibles que par l’équipe de police de la prostitution. Si la ville traite des données personnelles, cela se fait conformément aux dispositions légales applicables.

La sécurité

Étant donné que la police dispose d’informations sur les travailleurs du sexe en fenêtre, elle peut également améliorer la sécurité des travailleurs du sexe. Par exemple, en cas de disparition, la police peut retrouver une victime plus rapidement.

La ville attendait un engagement des opérateurs de prostitution des fenêtres à être au courant des signes de coercition de la traite des êtres humains et à le signaler à la police. Ils devraient également toujours utiliser HookUp quand une travailleuse du sexe veut leur louer une fenêtre.

Un bâtiment de prostitution de fenêtres compte au maximum un gestionnaire et avec un minimum de 30 fenêtres, il peut y avoir deux gestionnaires. En outre, les exploitants des

bâtiments de prostitution des fenêtres sont également tenus d’avoir une déclaration d’aptitude. Cette déclaration fournit une garantie sur la qualité de la propriété et des conditions telles que la moralité de l’opérateur. Par exemple, les opérateurs peuvent ne pas être condamnés pour des faits tels que l’exploitation de la prostitution, la traite des êtres humains et / ou le trafic de personnes. Par la suite, tous les bâtiments sont également vérifiés chaque année pour les règlements d’incendie et d’hygiène.

Les exploitations sexuelles

Il n’est pas permis d’inciter à la prostitution et d’exploiter une maison de fornication ou d’exploitation sexuelle, mais cela est toléré. Cela peut être poursuivi par parquet. Dans la pratique, ils donnent la priorité aux dossiers impliquant la contrainte, le mineur ou le travail non déclaré.

La ville impose un certain nombre de règles auxquelles l’exploitation doit se conformer. Ces règles sont là pour garantir la sécurité et la santé des professionnel (le) s du sexe, des visiteurs et des résidents locaux. Consultez ici la réglementation relative à l’exploitation sexuelle.

L’équipe de prostitution de la zone de police d’Anvers contrôle régulièrement ces bars ou maisons closes pour vérifier les conditions de travail, la sécurité et la santé. Les exploits sexuels doivent également payer une taxe.

Accueil et escort à domicile

La prostitution des appartements ou des maisons n’est tolérée que si cela ne cause pas de nuisance.

L’équipe de prostitution de la zone de police d’Anvers effectue régulièrement des contrôles auprès des professionnel (le) s du sexe travaillant à domicile ou en appartement. Ils recherchent des publicités (suspectes) par le biais de recherches sur des sites Web d’annonces sexuelles.

La police pose des questions au travailleur du sexe, évalue les conditions de travail et le bien-être et fournit des informations sur l’assistance. En conservant les informations dans leur base de données, ils augmentent la sécurité des professionnel (le) s du sexe et facilitent les enquêtes en cas de disparition.

Les entreprises d’escorte violent le droit pénal car elles facilitent la prostitution. Ils ne sont pas couverts par la réglementation sur l’exploitation sexuelle et peuvent donc être poursuivis.

Prostitution non toléré et interdite

Certaines formes de prostitution sont punissables à Anvers et ne sont jamais autorisées à Anvers. La police poursuivra donc ces formes: prostitution de rue et prostitution forcée (y compris prostitution de mineurs et traite des êtres humains).

Prostitution de rue

La prostitution de rue ou la sollicitation n’est pas tolérée à Anvers. Cela signifie que dans tous les cas de prostitution de rue, des amendes seront infligées au GAS et/ou une ordonnance d’interdiction sera imposée.

Différentes organisations offrent de l’aide aux professionnel(le)s du sexe dans la rue.

Nomaad est une organisation active dans le quartier Atheneum. Ils ciblent les consommateurs de drogues dans la rue et fournissent des soins de base aux toxicomanes de la rue.

Boysproject est une organisation pour les travailleurs du sexe masculins et transgenres. Les employés de Boysproject descendent dans la rue une fois par semaine. Ils visitent des endroits où des professionnel (le) s du sexe masculin et transgenre peuvent être présents et leur offrent de l’aide.

Prostitution forceé

La prostitution forcée est toujours interdite et est poursuivie et punie par la police. Pensez-vous que quelqu’un est forcé de travailler dans la prostitution, ou êtes-vous dans cette situation vous-même? Signalez ensuite cela à l’équipe de prostitution de la police ou à Payoke.

Consultez la liste des signes de maltraitance ici et que faire si vous pensez que quelqu’un est maltraité ou si vous subissez vous-même des sévices.

Mineurs

Il n’est jamais permis de travailler dans la prostitution en tant que mineur ou d’avoir un travail mineur dans la prostitution. Payer ou donner des avantages matériels en échange de relations sexuelles avec un mineur est toujours une infraction pénale et un crime très grave. Il importe peu que le mineur autorise cela. En aucun cas ne peut et ne doit pas.

Trafic humain et exploitation

Les victimes de la traite des êtres humains sont des personnes contraintes de travailler dans la prostitution, par exemple (par la violence, les menaces, etc.). Ils doivent donner (une partie de) leurs revenus à quelqu’un d’autre.

La traite et l’exploitation des êtres humains sont bien entendu interdites, même en dehors de la prostitution. Ceci est toujours poursuivi et puni. Si vous êtes victime de la traite des êtres humains ou si vous souhaitez aider une victime de la traite des êtres humains, signalez-le toujours.

Mention

Les rapports sur la prostitution ou l’exploitation sexuelle sont mieux faits à l’équipe de prostitution.

S’il s’agit d’une personne mineure, vous pouvez contacter la police de votre région. Ils transfèreront ensuite le dossier à la police jeunesse. Si vous préférez d’abord vous coordonner avec une organisation de soins, vous pouvez contacter Payoke ou Child Focus.

Si vous pensez que la traite des êtres humains est en jeu, contactez l’équipe de prostitution ou Payoke. Payoke offre un abri, un soutien juridique et administratif et un soutien psychologique aux victimes.

En cas d’urgence, appelez le 101.

Extra vigilité dans les hôtels et prostitution de fenêtre

Lorsque des mineurs travaillent dans la prostitution – souvent en tant que victimes de loverboys – cela se produit généralement dans les hôtels. Les hôtels sont une industrie extrêmement sensible où les victimes peuvent rester sous le radar. Il est donc essentiel que les exploitants et le personnel de l’hôtel soient vigilants à ce sujet et signalent les abus à l’équipe de la prostitution de la police.

La ville a développé un dossier de sensibilisation pour les hôtels. Des hôtels connus de la police pour des infractions passées ont été interrogés. S’ils ne font pas les efforts nécessaires et que de nouveaux faits se produisent, ces hôtels feront l’objet de sanctions et de fermetures administratives.

Les propriétaires de propriétés de prostitution de fenêtre ont une position unique pour détecter la prostitution forcée. Il est uniquement permis de louer par une fenêtre ou une chambre à une travailleuse du sexe lors d’une réunion physique entre le propriétaire ou le directeur et la travailleuse du sexe. Il est donc important que les propriétaires soient extrêmement vigilants aux signes de coercition ou de traite des êtres humains et qu’ils le signalent à la police lorsqu’il y a des indications. La ville a développé un dossier de sensibilisation à cet effet.

Assistance policière

Numéro général:
pas urgent 0800 123 12
urgent 101
Police d’Anvers +32 (3) 338 59 34
ou par mail à prostitutie@politie.antwerpen.be
www.politieantwerpen.be

© BOYSPROJECT Les informations contenues sur ce site Web ne peuvent pas être utilisées à des fins légales.
CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ - POLITIQUE SUR LES COOKIES - DÉCLARATION DE CONFIDENTIALITÉ